Le quartier d’affaires de demain : la fin des tours de bureaux au profit d’espaces au cœurs des villes ?

Faut-il délaisser les quartiers d'affaires pour réinvestir les centres-villes ?

Au vu de l'impact de la pandémie de Covid-19 sur le lieu de travail et des nouvelles décisions politiques qui se dessinent, il ne fait aucun doute que nos habitudes de "consommation du lieu de travail" changent, transformant la matérialité de ces espaces. Zoom sur l’avenir probable du quartier d’affaires et le retour des bureaux au coeur des villes.

Urbanisation et artificialisation des sols : les nouvelles lois et orientations politiques


L’urbanisation galopante de ces dernières décennies est un véritable sujet sociétal, dont la nouvelle loi Climat en fait en enjeu majeur. Ce projet de loi prévoit notamment d’interdire les nouveaux projets immobiliers lorsqu’une alternative existe sur des espaces déjà artificialisés.
De plus, le plan Action cœur de ville a pour ambition de revitaliser les villes moyennes et en particulier leurs centres-villes. Pour ce faire, un plan d’investissement public de 5 milliards d’euros est prévu.
Ces deux mesures jouent en faveur de la réappropriation des centres-villes par les entreprises et leurs sièges sociaux. En effet, si aucun nouveau bâtiment ne peut être construit lorsqu’une alternative existe, il est probable que les centres-villes soient rapidement réinvestis.


Les quartiers d’affaires, fortement impactés par la crise sanitaire


Les immenses tours de bureaux des quartiers d’affaires ont montré leurs limites dès l’apparition de la pandémie de Covid-19. L’exemple de la Défense est particulièrement parlant. Habituellement grouillante de dizaines de milliers de salariés, elle s’est, du jour au lendemain, retrouvée complètement vide.
La pandémie a démontré les faiblesses des quartiers d’affaires monofonctionnels. Une fois désertés, leur usage, purement limité à leur simple fonction professionnelle a pu être crûment constaté.

La digitalisation du travail : une opportunité de délocaliser les quartiers d’affaires dans les villes de taille moyenne


La période de confinement et la distanciation physique ont fortement démocratisé les pratiques de télétravail. Celles-ci sont même devenues le quotidien de nombreux salariés. Si la situation devait perdurer à long terme ou se reproduire, les villes moyennes et leurs centres-villes en seraient les premiers bénéficiaires.
En effet, s’il n’est pas nécessaire de se rendre au bureau à Paris la Défense ou à la Part-Dieu, de nombreux citadins souhaiteront partir vivre à la campagne ou dans des villes à taille humaine.

Les villes moyennes sont généralement beaucoup plus agréables à vivre que les grandes villes. Elles sont moins polluées et à taille humaine. Les relations sociales y sont également plus développées.

De plus, le télétravail peut représenter une aubaine pour les entreprises qui souhaitent réduire les coûts. En effet, la location immobilière est la seconde dépense des entreprises, juste après la masse salariale. Alors, pourquoi payer des loyers parfois prohibitifs lorsque vos salariés peuvent travailler depuis chez eux ?

Mais comment préserver le lien social entre collaborateurs et l’esprit d’équipe ? Avec des locaux plus petits et plus conviviaux ! Vos collaborateurs pourront s’y retrouver pour socialiser, échanger et travailler, mais pas forcément tous les jours !


Les déplacements domicile-travail, source de pollution et de stress


Avant la crise, la dynamique quotidienne de déplacements domicile-travail des salariés engendrait de nombreuses externalités négatives. Stress, embouteillages, pollution, accidents…
En effet, hors période de Covid et selon les Echos, près de 16,7 millions de Français changent quotidiennement de commune pour se rendre au travail. Ce type de déplacements domicile-travail, qu’on appelle « mobilité pendulaire », entraîne inévitablement la congestion du trafic automobile et une pollution de l’air.

Changer les habitudes en délocalisant, atomiser les quartiers d’affaires, mais aussi généraliser le travail à distance permettrait de développer durablement les activités de bureau à l'avenir.

1 Comment

  1. Avec la nouvelle organisation hybride du travail en raison du Covid, ça va certainement pousser les gens à revenir à la campagne ou vraiment à se retrouver dans l’hypercentre des grandes villes. En revanche, ça va être plus compliqué pour les quartiers d’affaires en banlieue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *